critical time (Cornel)

whatever happens, we are deathless
Aller en bas 
 
MessageSujetcritical time (Cornel)      #☾.      posté le Sam 22 Juin - 14:32
Silk Duncan
you got two black eyes
Silk Duncan
image : critical time (Cornel) Tumblr_pg7veebkW41s62omso4_r1_250
pseudo : shiranui
credits : chrysalis (avatar) ; excelsior (signa)
Faceclaim : colin morgan
Multifaces : ashby
Inscription : 15/01/2019
Messages : 52
true color : #99cccc
timelapse : 29 ans.
heart rate : célibataire, et il ne voit pas ce statut changer de si-tôt.
purpose : voleur, à son compte ou pour les autres; dirige un refuge animalier à Rockaway Bay.
magic scale : niveau 1
powerplay : télépathie et empathie animale, Silk communique particulièrement avec les chiens.
Black Dimes : 706
THE WICKED
THE WICKED

critical time (Cornel) Empty

“critical time” — Silk éternue avant de rajuster son écharpe devant son nez. Alors que le reste de New York se prépare à l’été et aux températures caniculaires, Lower Manhattan est toujours plongé au coeur de l’hiver. La température descend drastiquement dès que l’on passe les limites du quartier, et peu importe le nombre de fois où Silk s’y rend, ça le surprend toujours un peu. Il a beau s’être préparé avant de venir, il ne peut s’empêcher de frissonner sous les vêtements chauds qu’il a ramené. C’est un coup à attraper un rhume ça, surtout que les températures dans le reste de la ville. Ça le met mal à l’aise, aussi, ce froid tout sauf naturel. Chaque centimètre carré de Lower Manhattan est touché par la magie – comme le reste de New York en vérité, mais c’est encore plus impossible à ignorer ici. Ce ne sont pas des dessins qui bougent sur les murs, ou des plantes à la taille démesurée, mais un froid insidieux qui s’infiltre sous ses vêtements, lui mord le visage et les doigts. Il n’aime pas du tout devoir y aller, également à cause du fait qu’il est impossible pour lui et pour n’importe quel sorcier extérieur au coven de l’Hiver d’y passer inaperçu. Seuls les étrangers à ce court sont emmitouflés sous d’épaisses couches de vêtements, et il ne peut pas ignorer les regards amusés de ceux qui passent à côté de lui habillés avec une simple chemise, ces sorciers insensibles à la morsure du froid. Personne ne peut le confondre avec un sorcier de l’Hiver. Il ne peut pas se fondre dans le décor, comme il en a tellement l’habitude, et comme il en a besoin pour bien exercer son travail, d’ailleurs. C’est pourquoi il évite au maximum les contrats qui se trouvent dans cette partie de la ville, mais parfois, il est bien obligé d’en accepter. Il faut dire que les gens assez fous pour vouloir commettre un délit dans ce quartier payent généralement très bien. Ce n’est pas un vol ou un cambriolage, même Silk n’est pas assez fou pour penser pouvoir réussir ce genre de coup dans la partie la plus sécurisée de New York. Dans un quartier où tout respire le luxe, ce n’est pas étonnant que la sécurité soit la meilleure de la ville. Pour lui, qui a grandi dans les quartiers pauvres et oubliés, tout lui rappelle à quel point ils ne vivent pas dans le même monde. Toutes ces richesses, alors qu’au même moment des gens meurent de faim sur Staten Island, ça le dégoûte. Enfin, le problème est sûrement que les sorciers bien à l’aise dans leurs petits appartements derrière leurs tours de glace ne considèrent pas les humains comme des personnes à part entière.

Il n’a pas prévu de rester très longtemps dans le quartier, aujourd’hui. Juste histoire de faire un peu de repérage. Il est censé récupérer des informations sur un sorcier bien placé dans le coven de l’Hiver. Silk doit juste chercher quelque chose qui pourrait compromettre la réputation de ce sorcier, et fournir des preuves à son employeur. Pas grand-chose qui risque de le faire prendre la main dans le sac, donc. Ça ne veut pas dire que ça ne peut pas mal tourner, mais c’est déjà plus sûr qu’un cambriolage avec effraction, et fuite. Tout devrait bien se passer. Il n’a pas l’adresse de l’homme qu’il doit surveiller, mais il sait où il se trouvera aujourd’hui : dans l’une des bibliothèques de l’Hiver. Faisant attention à se cacher dans un coin où il pourra voir sans être vu, il réussit à avoir une bonne vue sur l’entrée de la bibliothèque. Maintenant, il n’a plus qu’à attendre. C’est la fin de journée, il ne devrait pas tarder à sortir selon ses informations, même si ça peut prendre plus de temps que prévu. Attendre ne le dérange pas, de toute façon.
La neige commence à tomber. Au beau milieu du printemps. Au bout de longues minutes passées à frissonner, les mains dans les poches de sa veste, un mouvement non loin lui fait perdre son attention. Deux sorciers, qui se dirigent vers lui un peu trop rapidement pour qu’il soit rassuré. Il essaye de les ignorer, comme si ça allait pouvoir les faire s’en aller. « Vous avez pas l’air d’être du coin. Z’êtes de quel coven ? » Ça s’annonce mal. Ils doivent avoir la vingtaine, et s’il espérait être discret, c’était raté. Tout serait à refaire un autre jour. « Excusez-moi, j’attends juste quelqu’un. » Répond Silk, avec un sourire qu’il espère poli. Il a juste envie de s’en aller en courant. Tibarn n’est pas avec lui aujourd’hui, le gros chien ne l’aidant pas à passer inaperçu. « Quel coven ? » Ils sont bien plus que suspicieux. Silk a beau savoir que les sorciers de l’Hiver traînent les stéréotypes d’être hautains et paranoïaques, il ne s’était pas douté d’à quel point c’était vrai. « Printemps. Excusez-moi, j’ai fait quelque chose de mal ? » « Ça fait longtemps que vous attendez. En avance ? Vous attendez qui ? » Bordel. « Je ne vois pas en quoi ça vous regarde. Ce n’est pas interdit d’attendre ici, non ? » Dit-il, les lèvres pincées, n’essayant même plus de jouer la carte de la politesse. « Ça peut l’être. Vous voyez, mon ami et moi, on est pas convaincu que vous soyez vraiment du Printemps. » Le sourire qu’ils arborent ne lui disent rien qui vaille. Il faut qu’il dégage. « J’ai rien à prouver. » Grogne-t-il. « Excusez-moi, mais je vais y aller. » Il fait mine de s’écarter et de commencer à s’éloigner, mais ses jambes se retrouvent rapidement immobilisées. En les regardant, il voit ses chaussures prises dans la glace, celle-ci remontant le long de ses jambes. « On va attendre ensemble. Ça devrait pas prendre longtemps. » Nouveau sourire. « A moins que personne ne vienne… Mmh ? » L’un des deux sorciers se rapproche à nouveau, et l’attrape par le devant de son manteau. Il doit bien faire une tête de plus que lui. « On les voit venir de loin, les gars comme toi. J’te dirais bien d’être plus discret la prochaine fois, mais pas sûr que tu sois libre avant un bon bout de temps... »
 
@CORNEL W. BLACKWELL ; code by solosands

_________________
I am the one, I am no one
☾ ☾ ☾  Will I ever stop believing there is hope for the footsteps we're leaving? For elusive reasons we’re all born with a hole in our hearts. For elusive reasons we’re all destined to drift apart.
Revenir en haut Aller en bas
 
critical time (Cornel)
Page 1 sur 1
two black eyes
Revenir en haut 

. ✵ * · . . TWO BLACK EYES ☽ :: 
new york
 :: 
Zone 5
+
 Sujets similaires
-
» In my Time. Dick Cheney.
» IT'S TIME TO BE BAD~ ft. syssoï
» Ivy S. Cobb • That's the time where I'm suppose to put a quote so cool •
» Time is Up
» Trombinoscope ∞ It's selfie time !!


Sauter vers: